Abolition de la taxe sur les bonbons PDF Imprimer Envoyer
USA - Au quotidien
Mercredi, 03 Novembre 2010 21:43

Haribo USCe 2 novembre avait lieu le rendez-vous politique le plus important depuis l’élection présidentielle puisque se tenait l’élection day. Les résultats sont sans surprises puisque 62,38% des électeurs ont acceptés le référendum d’initiative populaire n° 1107. Pourtant peu de journaux français se sont fait l’écho de cette initiative qui abolie la taxe sur les bonbons et les sodas qui sévissait ici jusqu’alors. Il faut dire qu’avec 26.4%[1] d’obèses l’état était en retard par rapport à la moyenne nationale qui est dépasse les 30%[2]

De la même manière, les électeurs étaient amenés à se prononcer sur 8 autres initiatives populaires. Ils ont ainsi refusé à une très large majorité (65%) la mise en place d’un impôt sur le revenu (qui n’aurait concerné que les revenus dépassant 200 000$). Seul l’impôt fédéral sur le revenu continue donc à être appliqué.

Enfin 52% des électeurs ont refusé la fin du monopole de l’état sur les liqueurs (boissons à plus de 24% d’alcool).

Sans vouloir parler politique, cela permet aussi de mettre fin à plusieurs semaines de tapage médiatique: pas moyen d’écouter la radio, de regarder la télévision ou même de surfer sur internet sans avoir encore et encore les mêmes publicités pour les candidats locaux. Des panonceaux dans toutes les rues et des agitateurs de banderoles complétaient le dispositif. A la vue des spots, on avait vraiment l’impression que l’élection se jouait sur des programmes locaux et non nationaux : cela ressemblait plus à une bataille de personnes qu’à une bataille de partis ; d’ailleurs durant ces quelques semaines je n’ai jamais su qui était républicain et qui était démocrate, ce n’était jamais marqué ou dit dans les spots. Les candidats se contentaient de se lancer des piques assez violentes par messages interposés…

Voilà, les élections étant passées, je vais pouvoir retourner à des publicités normales et déguster les produits présentés sur la photo ci-dessus pour 10% moins cher.

PS : Je caricature un peu à dessein… par exemple la taxe sur les bonbons taxait le chocolat mais pas les Twix ou les Kit-Kat (car ils contiennent de la farine) et les opposant aux impôts sur le revenu argumentaient qu’une fois l’impôt voté il serait facile de changer le seuil et de l’appliquer à tout le monde d’ici quelques années…



[1] http://www.cdc.gov/obesity/data/trends.html

[2] http://www.nationmaster.com/graph/hea_obe-health-obesity

Mise à jour le Mardi, 23 Novembre 2010 08:46
 
Paysages PDF Imprimer Envoyer
USA - Au quotidien
Vendredi, 29 Octobre 2010 22:43

Le premier jour de travail, j’avais rendez-vous à 8H00 du matin pour une journée "orientation nouveaux employés" ; autant dire qu’après quelques semaines de vacances je n’étais qu’à moitié réveillé à cette heure là... tout comme le soleil qui se levait en même temps que moi.
C’est seulement au premier feu rouge que je remarque le paysage dans le rétroviseur: un magnifique soleil levant qui s’élevait derrière les montagnes. Pendant tout le trajet, cette vue réapparaissait à chaque fois qu’une intersection coupait  les rangées d’arbres rougis par l’automne.
Le paysage a de quoi me faire dévier le regard de la route; à chaque feu j’ai envie de sortir l’appareil photo. Juste avant d’arriver j'ai le temps de prendre une photo (ci-dessous) pour immortaliser cet instant. Je me dis que sans photo ni petit mot dans ce carnet, l'habitude risque fort de balayer les souvenirs de ces premières impressions.

En tous cas pour le moment je ne me lasse pas de ces paysages et à chaque trajet je regarde autour de moi et profite des couleurs de l'automne. Certain profitent même de cette vue toute la journée (photo ci-dessous), mais les bureaux avec vue étant basés sur l'ancienneté, je crois qu'il va falloir patienter.

Plus de photos dans la suite de l'article ci-dessous ...

 

Mise à jour le Vendredi, 29 Octobre 2010 23:49
 
C’est reparti... PDF Imprimer Envoyer
Nouvelles - Site news
Mardi, 19 Octobre 2010 22:00

Me voilà à Seattle depuis une semaine : nouveau départ et beaucoup choses à dire et à partager! Le prétexte idéal pour relancer ce blog qui dormait depuis 3 ans...
Même s’il ressemble à l’ancien site - au logo près - il m’a fallu un peu de temps pour le recentrer de Pékin vers Seattle et surtout le mettre au goût du jour, comme par exemple l’intégrer (mais pas trop) avec Facebook.
Tout à l’air de marcher; donc après la technique, je vais pouvoir me focaliser sur le contenu !
Au plaisir de votre visite sur www.jspage.com, et n’hésitez pas à y laisser des commentaires !

Ancien logo

 

Mise à jour le Mardi, 19 Octobre 2010 22:52
 
Ne quittez pas... PDF Imprimer Envoyer
(4 votes, average 3.75 out of 5)
Nouvelles - Site news
Vendredi, 26 Octobre 2007 07:56
Voila un certain temps que je n'ai rien posté ici. Un tort que je pourrais justifier plus par manque de motivation que par manque de temps. Mais enfin peut être fallait-il un certain temps d'adaptation: nouveau clavier, et surtout nouvelle vie.

La première question est que va devenir ce blog? Dans l'immédiat je pense compléter ces deux ans d'aventures en Chine par quelques articles auxquels vous avez échappés par manque de temps, et assez rapidement j'aimerai faire un petit retour d'expérience sur ce retour en France.

À plus long terme il restera à définir une nouvelle ligne éditoriale, mais pour le moment il reste encore pas mal de choses à dire.
 
Départ (musclant) de Pékin PDF Imprimer Envoyer
(3 votes, average 5.00 out of 5)
Chine - La Chine au quotidien
Lundi, 06 Août 2007 09:58

Logo metro cassé

Nous devons rendre l'appart au propriétaire le 1er août, avant de partir pour Shanghai en train rapide.  A son arrivée, nous sommes encore en train de tester les meilleurs algorithmes pour remplir le plus efficacement les sacs, pourtant nombreux malgré les paquets expédiés directement la semaine précédente : une immense valise, une de taille plus conventionnelle, un sac de voyage, un sac a dos, une sacoche de pc portable et... un jeune bonzaï. Approximativement 70 kg à transporter à deux. Vu la circulation et le volume nous avions abandonné l'idée de taxi pour nous concentrer sur le métro... mais je ne sais pas si c'était la bonne décision.

Accessibilité record : 338 marches jusqu'à la gare de Pékin...


Vers 9h00, à la vue de notre impressionnant paquetage, le proprio appelle des amis qui nous transportent le tout dans une brouette jusqu'à la station de métro. Et c'est là que commencent les festivités :
- 16 marches avant notre station, sur la ligne 13, mais ensuite on peut accéder aux quais par escalator (économie de 42 marches, nous somme chanceux puisque dans l'autre direction il n'y a pas d'escalator et l'ascenseur est hors service).
- Arrivé à Xizhimen, station de transfert, la tâche sera difficile. L'ascenseur est aussi en panne, ou plutôt n'a jamais fonctionné, tout comme l'escalator (il n'y a aucun ascenseur ne fonctionnant ni aucun escalator descendant sur cette ligne, pourtant mise en service en 2002). Résultat 80 marches à descendre entre le quai et la rue, puisque l'interconnexion demande un passage a l'air libre. Entre la sortie de la ligne 13 et l'entrée de la ligne 2, nous montons 4 marches, puis 1 avant d'en redescendre 3 le mètre suivant. Mais c'est une partie de plaisir avant de s'enfoncer vers les rames de cette ligne circulaire: il faudra affronter 119 marches, a l'aide de multiples aller-retour pour arriver au niveau des rames. Un usager attentionne nous viendra en aide pour nous aider à finir cette épreuve. Paradoxalement, nous sommes dans une voiture avec des emplacements pour fauteuil roulant (Cf. Photo), qui j'imagine, de doivent pas servir souvent vu l'accessibilité du métro. Il est 10h, nous avons parcouru 2 stations.
Espaces fauteuils roulants, metro de Pékin Nous arrivons à la station de la gare de Beijing vers 10h25, se frayant un chemin entre les usagers et les trafiquants de fapiao (factures) faisant tranquillement commerce sur le quai du métro en enchainant cigarettes sur cigarettes. Nous affrontons 25 marches pour arriver devant une sortie fermée (pour cause travaux?) De tous les panneaux indiquant cette sortie, aucun n'est barré! Les employés qui nous observaient pendant l'escalade ne nous on, bien sur, rien dit. 50 marches pour rien, plusieurs minutes de perdues et une petite explosion de mécontentement (en chinois pour elle, en anglais pour moi)... A retenir, comme pour les stations fermées, rien n'est indique pour les sorties fermées.
Heureusement il y a une autre sortie proche de la gare et un garde sympathique nous aide à monter les 25 dernières marches du métro puisque nous pouvons ensuite remonter à l'air libre par un escalator.
Arrivé sur la place de la gare, il faut donc slalomer entre les carrelages défoncés qui ne semble pas avoir résiste au trafic piéton, puis attendre dans la 'file' qui mène à l'entrée... 5 à 10 minutes interminables alors que le temps se fait de plus en plus désirer.
Un escalator nous mène au 'salon' d'embarquement réservé au CHR (voir ci-dessus) où nous passons à toute vitesse pour nous diriger vers le quai. Il est 10h40, il ne reste plus que 10 minutes avant le départ du train. Et là, oh rage, oh désespoir, à bout de souffle nous arrivons devant un escalier monumental (51 marches) pour pouvoir accéder au train... Vu la chaleur, l'effort était à la limite du faisable et je ne crois pas qu'on aurait pu parcourir 10 mètres de plus.

Au total, 338 marches (l'équivalent de 20 étages) pour arriver à quelques minutes du départ tout en sueur.

Le CHR

C'est ensuite parti pour 10h de train jusqu'a Shanghai dans la nouvelle fierté de China Railway: une version modifiée du Shinkensen japonais mise en route en fanfare en avril dernier sous le nom de CHR. La version utilisée au Japon circule à près de 300 km/h mais la version utilisée en Chine, vierge de toute inscription de constructeur nippon, se contente sur les meilleurs tronçons de 205 km/h, faute de ligne grande vitesse entre Pékin et Shanghai. J'ai cru voir (puisque la vitesse s'affiche régulièrement une pointe à 249, mais sur une douzaine de kilomètres avant notre destination).
Le train est le même train qu'au japon, sauf quelques petites options manquantes, mais l'essentiel est là, notamment les toilettes avec cuvettes chauffantes et lavabos tri-fonctions (savon, eau, séchage automatiques intégrés dans le bassin). En échange, il y a quelques particularités locales: fontaine à eau chaude ou tempérée, empruntes de pas sur la cuvette des toilette et l'ambiance des transports locale (sonneries de téléphone, gens qui parlent a tue-tête ou regardent des films sur leur ordinateur sans casque). Autre particularité, il y a une profusion de personnel qui s'affaire: vente ambulante, ramassage des déchets, petit coup de balaie réguliers et passage de la police de temps en temps.

Après 10 heures de trajet, nous arriverons finalement à Shanghai, la première partie du départ est donc achevée.

Quelques vitesses relevées :
-          Beijing - Tianjin à 165km/h de maximum.
-          Après Tianjin, le train file à 200 / 205 km/h environ mais commence à trembler. Après une bonne heure le train ne dépassera rarement 160.

Mise à jour le Mardi, 07 Août 2007 20:15
 
Les temps changent PDF Imprimer Envoyer
(3 votes, average 4.67 out of 5)
Chine - La Chine au quotidien
Mardi, 31 Juillet 2007 01:47
Software ParkPrès de deux ans ont passés et, si je n'avais pas fait le trajet quotidiennement, je ne reconnaitrais pas les abords de ce 'métro' qui m'emmène chaque jour travailler. La plupart des habitations traditionnelles de brique aux toits de tuile, tout comme les habitations plus pauvres, sortes de bâtisses temporaires qui ont la vie longue, ont soit été détruites, soit été cachées par une range d'arbres. Derrière ces arbres, on devine parfois la présence de ces 'cabanons', lieux de vie pour une classe défavorisée rattrapée par la ville. Ce sont en général des bâtiments de plein pied faits de brique et recouverts de tôle ondulé maintenue par quelques briques pour tout toit; devant sèche souvent du linge et on voit parfois un billard entre les bâtisses. Les destructions ont d'abord données quelques terrains vagues, eux-mêmes très vite remplacés par des chantiers où des buildings sont érigés.
Le changement le plus intéressant est sans doute cette voie ferrée, longeant le métro, qui il y a quelques mois servait de raccourci pour se rendre dans ces quartiers. Il était courant de voir des gens de tous âges, parfois en costume ou avec un vélo, marcher au beau milieu des traverses pour gagner un peu de temps. Les trains arrivant systématiquement au pas, en klaxonnant. Maintenant, la quasi-totalité de la ligne est clôturée, et à certains endroits, où traverser la voie permettait de gagner au moins 10 mn, des trios de gardes veillent, obligeant à des détours. C'est comme tout ici, sans impossibilité physique, tout est par nature autorisé...
Arrivé au parc où je travaille, les arbres ont poussés aussi, laissant deviner les bâtiments d'acier et de verre, à peine plus hauts. Le parc est vraiment vert, et fleurit en fonction des saisons; quelques navettes électriques permettent d'accéder aux entrées, toutes gardées par un garde et un portique prenant en photo tout véhicule entrant et sortant.
Le progrès est en marche, repoussant sans cesse les limites de la ville, mais prenant des allures plus vertes, travaillant de plus en plus sur les apparences et les paysages, surtout ceux bordant le métro qui irrigue les quartiers nords. Mais pour moi, ce traintrain s'achève aujourd'hui puisque j'ai choisi de rejoindre la France d'ici peu. Le blog continue puisqu'il me reste un certain nombre d'article en suspend et que, bien sûr, il y aura de nouvelles aventures...
Mise à jour le Mardi, 31 Juillet 2007 02:12
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

FVBLSKY890 15
 
 
© 2018 js'page
Kostenlose Joomla Templates von funky-visions.de