Chine

J'avais pendant lontemps cherché un thème de prédilection pour ce blog, qui était destiné à devenir mon carnet de route. Mais autant dire qu'un carnet de route dans le traintrain quotidien du métro(lor) - boulot - dodo, ça n'a pas besoin de beaucoup de pages.

Depuis lors j'ai rejoint le tumulte d'une Chine en pleine croissance qui permet d'alimenter ce carnet aussi souvent que possible. Pourtant rien ne me destinait à ce depaysement, puisque j'ai découvert la Chine presque par hazard au cours d'une conférence. Depuis, l'empire du milieu est devenu mon lieu de résidence et de découvertes presques quotidiennes, c'est pourquoi je tenais à lui réserver cette rubrique


Gongchengshi != Ingénieur PDF Imprimer Envoyer
(1 vote, average 4.00 out of 5)
Dimanche, 14 Janvier 2007 19:43

Petit mail aujourd'hui pour nous dire que des 工程师 (gōng chéng shī), autrement dit des ingénieurs vont passer nettoyer les ordinateurs (dans les faits ils sont passés la semaine dernière... mais bon ce n'est pas le sujet)... alors me direz vous que viennent-ils faire ?

Nettoyer les ordinateurs de toute information confidentielles, vérifier la sécurité anti-virus ? ... non ils viennent armés d'un chiffon et de bombes nettoyantes pour faire briller nos portables comme des sous-neufs car la poussière s'accumule et rares sont ceux qui ont le courage de faire un peu de nettoyage...

Bon donc vous ne voyez toujours pas le problème ? Pourquoi faire appel à des ingénieurs pour manier le plumeau ? En fait le problème vient de la dénomination ingénieur en Chine qui n'est pas liée à un diplôme ou une formation particulière comme c'est le cas ailleurs.

Donc en général si vous vous présentez comme « ingénieur » et pire « ingénieur en informatique» les gens vont imaginer que vous réparez, bricolez ou nettoyez les ordinateurs  (on dirait technicien en France je pense dans ces exemples). Donc si vous êtes ingénieur justement, et que vous cherchez du travail en Chine, mettez bien en évidence qu'il s'agit d'un master ou quelque chose de plus vendeur...

 
Aujourd’hui tu es Beijing… et tu passes sur Beijing TV PDF Imprimer Envoyer
(2 votes, average 3.50 out of 5)
Lundi, 18 Décembre 2006 22:52

 

Tu es Pékin

« Cette semaine, dans Panique au Mangin Palace, tu es l'empire du milieu, tu es Tien an Men et Cité interdite, tu es Grand Timonier, tu es Tigres et Dragons, tu es thé vert ou lotus bleu, et tu es aussi... oui, tu l'auras compris, vénérable ami, ce matin tu es Pékin, tu es Beijing. »

Ainsi commence le dernier épisode de Panique au Mangin Palace consacrée cette semaine à Pékin. Cette émission, découverte sur les conseils de Vincent, utilise archives INA, musiques et narration pour créer un mélange détonnant d'humour et d'information. A écouter d'urgence en direct ou en baladodiffusion.

Quant à moi je suis... sur Beijing TV... Le début de la célébrité ? Peut-être pas, mais tout Pékin est au courant que j'ai été au cinéma. Non pas que tout le monde se connecte sur mon blogue, mais je suis passé dans le champ des caméras de Beijing TV.

C'est mon chef qui m'a dit qu'il m'avait vu à la télé au détour d'un reportage sur la sortie du dernier film de Zhang Yimou. Difficile de rester incognito... Un étranger qui va au cinéma doit attirer l'œil de la caméra. Heureusement d'ailleurs qu'ils ne m'ont pas posé de questions (surtout avant la séance)...

Mise à jour le Mardi, 19 Décembre 2006 23:33
 
Soirée au cinéma PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 15 Décembre 2006 01:40

La malédiction des fleurs dorées Et oui il fallait bien commencer un jour : aller voir un film chinois au cinéma. J'avoue que je fais profil bas sur ce sujet car je suis complètement ignorant sur le cinéma asiatique et mes deux premières expériences dans des cinémas chinois étaient peu concluantes : première fois il y a deux ans j'avais été voir un film américain après que la vendeuse m'ait assurée de la présence de sous-titres en anglais. Eh ben c'était effectivement sous-titré mais... en Chinois...

Je n'avais donc renouvelé cette expérience qu'une seule fois cette année, pour un film en IMAX et donc rarement profité des salles obscures, contrairement à la France.

Il faut dire que contrairement à chez nous, le cinéma n'est pas vraiment une sortie courante, mais plutôt mondaine. On le voit au style des spectateurs, et surtout au prix. Un film connu comme coûte environ 8 euros (8 fois le prix d'un DVD pirate ou 8 repas à la cantine). A chaque fois les salles sont confortables - bien que le son y soit très fort - mais on est loin des écrans géants de nos multiplexes.

Donc hier, quand on me propose de voir le dernier film de Zhang Yimou, j'avoue qu'il me faut quelques références pour me rendre compte que c'est le réalisateur le plus connu en Chine, qui a signé les plus gros budgets du cinéma Chinois et a eu son lot de nominations aux oscars.

Son dernier film, curse of the golden flower (la malédiction des fleurs dorées), est un film plein de couleurs et surement très proche des standards hollywoodiens du point de vue des batailles épiques, des décors grandioses et... des méthodes mercatiques. Bref un blockbuster chinois qui va surement s'imposer à l'étranger car c'est quand même du grand cinéma.

Avant le film, on avait droit à des publicités basées sur des scènes du film et proposant des produits dérivés, laissant planer un peu plus longtemps le suspens quant au sous-titrage. Finalement ma crainte fût dissipée quand le film commença, entièrement sous-titré en chinois et anglais. Donc pas de problème pour comprendre. A quand les films français sous-titrés en anglais dans nos salles obscures ?

 
Magasinage* de Noël à Pékin PDF Imprimer Envoyer
(1 vote, average 5.00 out of 5)
Mardi, 12 Décembre 2006 06:57

magasins autours de Carrefour L'an dernier j'avais échappé aux préparatifs de Noël en prétextant un manque de congés... mais cette année les billets d'avions sont là, et il a fallu remplir ma hotte mes valises en conséquence.
Depuis deux ans, tous mes proches ont eu droit aux nappes, baguettes, dragons et autres souvenirs incontournables, donc je vais éviter les arts décoratifs locaux cette année pour trouver des cadeaux plus classiques. Reste donc à trouver des cadeaux sympathiques mais où aller ? Voici le résumé des visites de mes derniers week-ends.

* J'aurai d'ordinaire titré « Shopping de Noël à Pékin » mais j'ai décidé de limiter au maximum l'utilisation de termes anglais sur ce blog (je vous raconterai). D'autant plus que ce terme recommandé par l'office québécois de la langue française est  quand même plus parlant que « chalandage », son équivalant en France.

Mise à jour le Mardi, 12 Décembre 2006 07:31
 
Peintre 1 – Carreleur 1 : balle au centre PDF Imprimer Envoyer
(1 vote, average 4.00 out of 5)
Lundi, 11 Décembre 2006 08:20

Depuis un petit mois des ouvriers se relaient pour rafraichir un peu mon immeuble : une petite couche de peinture rose dehors, de blanche dans les escaliers et un nouveau carrelage... bref si sur le papier on peut s'en réjouir, en pratique la recette n'est pas encore au point. Pourtant je ne vois pas ce qui cloche :

  • Gratter un peu les autocollants et autres pubs collées sur les murs des cages d'escalier (pour dehors, pas la peine de décaper la peinture ça ira plus vite)
  • Badigeonner une couche de peinture. Pour dehors, si vous n'avez pas d'échafaudage à disposition vous pouvez aussi utiliser une corde et descendre en rappel.
  • Demander au carreleur de poser un soupçon de carrelage et laisser bien reposer.
  • Profitez de votre nouvel immeuble.

Ça parait simple mais...

Mise à jour le Vendredi, 15 Décembre 2006 06:56
 
Beijing Bloggers Party 5 PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 22 Novembre 2006 06:37

Le temps passe à une vitesse folle. déjà une 5ème "Beijing Bloggers Party" d'annoncée. Je vous rappelle que c'est l'occasion de discuter autour d'un verre entre bloggers, lecteurs, visiteurs et plus généralement toutes personnes qui se trouveront physiquement à Pékin vendredi 1er décembre.

Beijing Bloggers Party 5

Map CD Jazz Club
Rendez-vous à 21h au CD Jazz Club, cliquez sur la carte pour plus de détails.

Mise à jour le Dimanche, 17 Décembre 2006 03:19
 
The world is flat PDF Imprimer Envoyer
(1 vote, average 4.00 out of 5)
Jeudi, 16 Novembre 2006 23:39

MeetingMardi dernier nous devions nous rendre au parlement chinois où notre PDG devait donner un important discours et rencontrer des membres de l'exécutif chinois. Mais, la veille, l'organisation était changée car le gouvernement avait besoin de son antre et nous partîmes donc pour un centre de congrès aux accents russes, décorés de faucilles et de marteaux.

Là, en plus des discours dynamiques de nos executives, nous avons droit à un talk de Thomas L. Friedman. Cet éditorialiste au New-York Times nous présentait son livre The World is Flat, qui présente comment la technologie a rendu le monde plat, permettant à n'importe qui dans le monde de travailler et d'inter-opérer avec les autres.

Ce livre que j'ai lu au début de l'année est sous-titré « un bref historique du 21ème siècle », il présente la globalisation et les révolutions politiques qui l'ont animé (du 09/11  - la chute du mur - au 11/09 - les attentats de New-York). Et parmi les exemples et anecdotes qu'il nous a données pendant près d'une demi-heure, je voudrais vous en citer deux :

« Il y a seulement 30 ans, si vous aviez le choix entre naitre étudiant moyen à Boston ou génie à Bangalore ou Pékin, vous auriez probablement choisi Boston, car un génie à Bangalore ou Pékin ne pouvait pas vraiment bénéficier de son talent. Ils ne pouvaient pas inter-opérer globalement. Mais ce n'est plus le cas dans le monde plat, où tous les gens talentueux, avec un accès à Google et un ordinateur portable bon marché peuvent entrer dans la bataille. »

Thomas Friedman nous dit aussi que quand il était jeune sa mère lui disait de manger sa soupe car en Inde ou en Chine ils étaient affamés, mais aujourd'hui il dit à sa fille de finir ses devoirs car les jeunes en Inde ou en Chine seront affamés de prendre son futur travail.The world is flat

Saluant ainsi les progrès phénoménaux de développement, il mit l'accent sur les besoins d'innovation car « aucun pays ne peut rester éternellement un pays de main d'œuvre bon marché » et conclu finalement que « si la Chine rouge ne devient pas la Chine verte on risque d'avoir de très gros problèmes » avant de se faire chaudement applaudir par l'auditoire conquis.

Cette référence à l'écologie est très similaire à celle du discours de Chirac le mois dernier, dans un contexte où la Chine, premier émetteur d'oxyde de soufre, va passer d'ici  quelques années le premier émetteur mondial de dioxyde de carbone... Peut être que répercuter les couts environnementaux sur des produits manufacturés en pratiquant un dumping écologique pourrait changer la donne?

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 4 sur 17
FVBLSKY890 15
 
 
© 2018 js'page
Kostenlose Joomla Templates von funky-visions.de