Grande muraille à Simatai et tourisme à Pékin PDF Imprimer Envoyer
(0 votes, average 0 out of 5)
Dimanche, 14 Mai 2006 10:02

Grande muraille à SimataiDe retour de vacances depuis plusieurs jours, je n’avais pas eu le temps de faire une petite mise à jour de mes quelques visites durant ces congés de mai qui marquaient le début de l’été dans la capitale.

M’étant transformé en guide touristique, j’ai pu voir ou revoir certains monuments de la capitale et aussi profiter de l’occasion pour faire un petit tour des villes jardins que sont Hangzhou et Suzhou. Ce premier billet fait un bref résumé des aventures pékinoises, avec un petit tour très intéressant vers la grande muraille à Simatai et en cadeau bonus une petite liste de choses à ne pas faire.

Visiter la grande muraille à Simatai... mais pas un 1er mai!

Grande murailleS’il y a vraiment un truc à ne pas faire c’est partir un premier mai. Ce jour là pourtant nous avons pris le bus en direction de Miyun pour rejoindre la Grande Muraille à Simatai. D’ordinaire les 60/70 kilomètres qui séparent la station de bus de Dongzhimen de Miyun se font en 1h15 environ, mais ce jour de départ en vacances a transformé le trajet en un véritable cauchemar. En effet le bus, complètement empêtré dans une circulation infernale, se remplissait à chaque arrêt de nouveaux occupants désirant fuir la capitale pour leurs congés. Très vite il y avait plus de monde debout qu’assis pour profiter de ces quelques heures ponctués de centaines de feux rouges. D’un seul coup le simple fait d’être entré par hasard dans la ligne à air conditionné apparaissait comme une sacrée chance!

Une fois là bas, la décente à un mauvais arrêt sur les (mauvais) conseils du chauffeur nous oblige à prendre un taxi qui après quelques négociations se révèle plutôt pratique. Et après une autre heure de trajet dans les montagnes, nous voilà à Simatai: le spectacle est saisissant: la Grande Muraille à perte de vue, suivant le sommet des montages environnantes. Les pentes sont vertigineuses et on voit de loin que le la promenade ne sera pas de tout repos, malgré le téléphérique, car il y a une bonne partie à gravir à pied.Grande Muraille à Simatai

Mais le spectacle vaut le coup d’œil, quand on surmonte le vertige pour aller d’une tour de garde à l’autre. En effet sur le chemin de ronde de la muraille, pas de rambardes ni de barrière, seulement ce chemin qui s’écoule le long de la montagne.

Contrairement à Badaling, la portion la plus visitée, mais qui parait toute neuve, ce site fait vraiment authentique. Donc si vous n’avez pas trop le vertige ni peur de monter beaucoup de marches, c’est fait pour vous! En plus ce site possède un autre avantage: il est presque désert, même en ce jour de premier mai, les touristes étaient très rares.

À faire si vraiment vous avez tout fait à Pékin: visiter la tour du tambour ou de la cloche

Entre les prix donnés par mon Lonely Planet (edition 2002) et maintenant il y a eu une certaine inflation: de 10 RMB indiqués pour la montée de ces deux tours, on est passé à 35! Et les hausses sont systématiques sur tous les endroits touristiques… Encore pour des sites grandioses on peut le comprendre, mais si on compare avec le palais d’été – grandiose – qui coûte 50 yuans on peut se dire que monter dans ces deux tours pour voir une cloche ou trois tambours ne vaut peut être pas vraiment le coup.

A mon avis l’intérêt principal de ces tours et de pouvoir s’élever un peu pour voir les Hutongs et ce quartier traditionnel de la ville. Donc pourquoi pas une des deux tours, mais les deux... D’ailleurs on se rend compte que ces tours ne sont pas vraiment la tasse de thé des chinois car même pendant ces vacances officielles il y a plus d’étrangers que de locaux parmi les rares visiteurs.Toit des hutongs

Le tour des hutongs en pousse-pousse si vous êtes amateurs de passe-passe

A priori ça paraissait pas mal ce petit tour en pousse-pousse, mais en fait cela n’apporte pas grand-chose, surtout que la plupart des pousse-pousse trouveront toujours quelque chose pour essayer de vous arnaquer malgré la négociation initiale.

Après une longue négociation mon amie a fait baisser le prix de 200 RMB par pousse-pousse à 80, pour un tour d’une heure incluant plusieurs endroits intéressants. Mais de la dizaine d’endroits sur la carte on s’arrêtera au final devant 3 maisons, et aprèa avoir fait un quart de tour du lac on revient au point de départ: plutôt décevant.

Le pire c’est que les chauffeurs nous demandent finalement 100 RMB par véhicule… explication: il ont du faire un détour car il ne pouvait pas traverser une zone réservée à une autre société de pousse-pousse… A croire qu’ils ne le savaient pas avant. Malgré les réclamations il ne veulent rien savoir… ce qui va se finir par un appel à la police (il ne faut jamais essayer d’arnaquer une Shanghaienne) et devant l’arrivée imminente de la police les 2 chauffeurs de pousse-pousse finiront par accepter en hâte une nouvelle négociation et repartiront chacun avec 50 RMB. Après coup, on se rendra compte que c’est toujours beaucoup plus cher que le prix du marché…. Mais bon quand on est étrangers on a rarement les meilleurs prix.

Résidence du Prince GongFinalement, après cette petite aventure nous finirons la journée par la visite de la résidence du prince Gong, à quelques minutes de marche du lac. Et là, surprise, tous les chinois dont nous demandions où ils étaient, s'étaient réunis ici, avec leurs guides armés de mégaphones. Une véritable marée humaine dans toute l’étendue de ce parc pourtant réputé comme calme. Mais comme chaque lieu chargé de légendes, les groupes touristiques sont au rendez-vous et chacun voulant se frayer un passage vers le sinogramme mystérieux caché dans le parc, cela provoquait pas mal d'embouteillages...


Mise à jour le Dimanche, 14 Mai 2006 10:39
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FVBLSKY890 15
 
 
© 2018 js'page
Kostenlose Joomla Templates von funky-visions.de