La Chine au quotidien
Ode à ma bicyclette (forever) PDF Imprimer Envoyer
(4 votes, average 5.00 out of 5)
Mercredi, 19 Juillet 2006 04:04
Mon beau vélo

Qu'il était beau mon vélo, grâce à lui je pouvais glisser entre les voitures et parcourir ma banlieue Nord-Ouest aussi vite que l'éclair. Les distances semblaient alors révolues, je pouvais aller jusqu'au nid d'oiseau (le stade olympique) ou jusqu'aux ruines du palais d'été en moins de temps qu'il ne (me) fallait pour écrire un seul caractère chinois. Aucun véhicule (non motorisé) ne me dépassait, j'en venais à me demander si ma monture était dotée de super pouvoirs ou si mes congénères à bicyclette en oubliaient de pédaler. Fendant l'air lourd et chaud, je pouvais apprécier une certaine fraicheur, et découvrait à chaque fois de nouveaux endroits.

Mais après seulement quelques sorties durant ces quelques semaines, tout est maintenant fini. Volée ma bicyclette toute neuve? Non ! Ne pensez pas non plus que j'ai perdu ma monture bleu azur dans un océan de vélos. Non, voici la terrible vérité : mon vélo a été lâchement attaqué par la pluie !

Cette pluie, aussi efficace que les douze coups de minuit sur le carrosse de Cendrillon, a relégué mon vélo neuf au statu d'antiquité. Il est maintenant couvert de rouille, ce qui fait qu'il faut une force surhumaine pour contrôler la trajectoire et avancer à bonne allure. Comme un malade de la progéria il vieilli à toute allure et même les meilleurs remèdes (pour le huiler) ne parviennent pas à lui redonner la jeunesse de ses 18 vitesses.

Depuis, je fais du vélo comme tout le monde, et je me fais dépasser par les vélos neufs qui ne savent pas encore de quoi l'avenir est fait...

 

Mise à jour le Mercredi, 19 Juillet 2006 05:24
 
Frais tous frais PDF Imprimer Envoyer
(2 votes, average 4.50 out of 5)
Mardi, 11 Juillet 2006 09:27

penny Hier je reçois une jolie lettre de mon banquier : une facture de 0.3 yuans (0.03 euros, soit moins que le prix du timbre de la lettre) alors que je n'ai jamais rien acheté avec ma nouvelle carte. Après traduction de la facture - qui est pour moi du chinois - je découvre avec effroi que les banques chinoises ont trouvé un nouveau service à faire payer : les interrogations de solde faites sur des distributeurs concurrents!

Pourtant c'était une fonction bien pratique, surtout pour ceux qui n'ont pas Internet pour consulter leurs comptes. Cette fonction m'a d'ailleurs toujours impressionné : quel que soit le GAB et quelle que soit votre banque, vous pouvez avoir instantanément le solde de votre compte, un truc impossible en France. C'est fou non ? Ça parait pourtant tout simple mais techniquement ça demande quand même une infrastructure bien rodée permettant des échanges en temps réel entre les systèmes des différentes banques et surtout une mise à l'échelle... de la Chine (je n'ai pas réussi à trouver le chiffre du nombre de comptes bancaires, mais j'imagine qu'il doit avoir plein de zéros).

Ces nouveaux frais montrent que l'inventivité des banques est universelle. J'imagine que chaque banque a un responsable qui doit s'écrier de temps en temps « euréka, j'ai trouvé » en pensant à un nouveau supplice pour les économies de ses clients... Et même si cette dernière invention reste peu chère, je réprouve le fait de faire payer un service auparavant gratuit et ainsi allonger la liste de frais:

  • Retrait dans un autre réseau (2 yuans) ;
  • Retrait dans une autre ville (2 yuans) ;
  • Et pour les plus téméraires, le retrait dans un autre réseau et dans une autre ville (2 yuans + 0.5 % du montant).

Remarquez que je ne suis pas exactement sûr de comment s'applique la dernière règle mais j'y ai souvent droit. Ça dépendrait de la banque du retrait. En pratique, on m'a dit qu'il vaut préférer les banques privées aux quatre majors publiques (Bank Of China, Industrial and Commercial Bank of China, Agricultural Bank of China et China Construction Bank) qui font tout payer vu qu'elles ne se soucient pas trop de la concurrence. 

Enfin il faut relativiser car cela reste finalement raisonnable: depuis le début de l'année je suis à environ 10 euros de frais, ce qui serait vite dépassé en France.

Mise à jour le Mardi, 11 Juillet 2006 19:39
 
Bloggers Party III PDF Imprimer Envoyer
(1 vote, average 2.00 out of 5)
Lundi, 10 Juillet 2006 07:22
RDV Bloggers 3

Samedi 15 juillet, cloches et tambours du bar drum and bell (situé entre les tours du même nom) résonneront pour accueillir la troisième Bloggers Party pékinoise.

On chuchote qu'il y aurait plein de monde de prévu en ce lendemain de fête nationale. Bloggeurs ou lecteurs de France et d'ailleurs sont les bienvenus!


[Mise à jour du 17/07/06] Cette sympathique soirée fût l’occasion de voir pas mal de monde et de découvrir un bar pittoresque, dans le hutong qui longe la place située entre la tour du tambour et la tour de la cloche. Comme dit le dit Estelle, c’est un bar très shufu (confortable): avec ses petites salles, canapés, et même une terrasse à l’étage, une valeur sûre.

Sinon beaucoup de monde en effet pour cette troisième BBP, vivement la version 4.0 ! Plus de détails, et (très) bientôt une vidéo chez Camille.

Mise à jour le Jeudi, 31 Mai 2007 01:37
 
Déluge PDF Imprimer Envoyer
(2 votes, average 5.00 out of 5)
Jeudi, 29 Juin 2006 08:06
Ma rue... devinez où est le trottoir? Décidément « Pékin Plage » peut se faire à moindre frais ici: après le sable livré directement du désert en avril, Pékin reçoit maintenant l'eau qui va avec...

Et comme beaucoup d'autres choses, le climat est adepte de la démesure: après un hiver pékinois glacial et sec, son printemps éphémère, et son été qui s'annonce bouillonnant, voilà que le climat nous décline de jolis orages. Lumineux et vrombissants, ces orages sont surtout réguliers. Comme cadencés par un métronome, ils se déchaînent tous les soirs à la tombée de la nuit depuis une semaine. Ils sont à chaque fois aussi violents, mais aujourd'hui on atteint des sommets.

Ce soir rien à signaler en sortant du métro, à peine quelques gouttes de pluies. Mais en ressortant quelques minutes plus tard du supermarché, c'est une scène de déluge. Toutes les rues sont couvertes d'une eau qui ne sait pas trop où chercher une bouche d'égout, tous comme les trottoirs qui passent inaperçus par endroit, engloutis sous quelques centimètres d'eau. Certaines rues (dont la mienne) ressemblent plus à un canal qu'à une rue. Pas de chance pour moi, j'avais oublié mes bottes de pécheur, donc j'ai du me résigner a patauger dans 30 centimètres d'eau (voir photo). En plus l'eau était loin d'être limpide... très très loin...

Mise à jour le Vendredi, 14 Juillet 2006 23:13
 
Théorème de la plomberie PDF Imprimer Envoyer
(3 votes, average 4.33 out of 5)
Lundi, 26 Juin 2006 10:20

Après des mois d'enquête je suis finalement arrivé à décoder le "mystère de la salle de bain" ou "pourquoi n'y a-t-il pas de bacs de douche en Chine? ".  A priori le problème semblait plutôt simple, s'énonçant comme suit:

(1) Toute salle de bain comporte une douche.

(2) Toute salle de bain chinoise ne comporte pas de bac de douche.

En combinant (1) avec (2), on se rend vite compte que toute utilisation de la salle de bain entraîne une inondation de toute la pièce, voire pire dans certains cas... alors quel est le but de l'axiome (2) ?

En fait, j'avais longtemps pensé que le lobby des fabricants de tongs avait réussi à étouffer la découverte du bac à douche depuis plusieurs générations pour pouvoir continuer à vendre cet accessoire plastique qui fait habituellement fureur sur les plages. Mais un nouveau déboire de plomberie m'a mis devant l'évidence et m'a fait comprendre toute la simplicité et en même temps toute l'ingéniosité du système : il n'y a pas de bac de douche car de toutes façons, comme il y a 453 % de chances que vous ayez une fuite d'eau [théorie de la "plomberie restreinte"], votre salle de bain sera souvent arrosée par une source indéterminée, qui pour sûr ne sera pas la douche... Alors a quoi bon faire un bac supplémentaire, quand toute la salle de bain consiste en un bac géant !

Élémentaire... et oui après 4 fuites d'eau en 8 mois (dans 2 appartements différents), j'aurais du classer cette affaire plus tôt. A chaque fois, le petit ouvrier de l'immeuble arrive avec sa clé à molette et son rouleau de scotch  et répare rafistole le tout.

Ainsi cette fois, il s'agissait d'un robinet fendu. Donc après avoir fait les constat en règle, il apporte la pièce de rechange, coupe l'arrivée générale d'eau (ce qui d'ailleurs ne coupe pas vraiment l'eau...) met un peu de sparadrap sur le tuyau en guise de joint et visse le tout. La fuite est ainsi stoppée, enfin presque, vu l'étanchéité légendaire du sparadrap... Mais une semaine plus tard, comme par magie, le goutte-à-goutte du "joint" s'est résorbée grâce au troisième théorème de la plomberie "pourquoi ne pas remettre à plus tard ce que le calcaire peut boucher d'ici là ?".  

 

Mise à jour le Lundi, 26 Juin 2006 10:23
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 8 sur 18
FVBLSKY890 15
 
 
© 2018 js'page
Kostenlose Joomla Templates von funky-visions.de